Rappel sur la prière : habillez-vous convenablement !

Publié le par islam-ma -vie

 

Rappel sur la prière : habillez-vous convenablement !

Parole d'Allah : « Et portez vos beaux vêtements pour chaque prière » (Al-A'râf, v.31)

Le grand savant Al-Albânî a dit : « Le pantalon [Bantalûn] présente deux fléaux :

Premier fléau : celui qui le porte ressemble aux mécréants. Les musulmans, eux, portaient des pantalons [Sarâwîl] larges et amples, que certains portent encore en Syrie et au Liban. Les musulmans n'ont connu ce [nouveau type de] « pantalon » que lorsqu'ils ont été colonisés. Et lorsque les colonisateurs se sont retirés, ils ont laissé leurs mauvaises traces que des musulmans ont adoptées par idiotie et ignorance.

Second fléau : Ce « pantalon » montre la forme de la 'awrah [partie du corps qui doit être couverte]. La 'awrah de l'homme étant ce qui est entre les genoux et le nombril. Le prieur doit être le plus éloigné possible de la désobéissance à Allah quand il se prosterne pour Lui. Or on voit la forme de ses fesses ! Et même la forme de ce qui est entre ses fesses. Comment peut-on prier ainsi ? Et comment peut-on se présenter ainsi devant Le Seigneur de l'univers ?

Si le pantalon est large et non serré, la prière est valide, mais il est meilleur de porter au-dessus un Qamîs couvrant ce qu'il y a entre le nombril et le genou et descendant jusqu'au milieu du tibia ou jusqu'aux chevilles, car cela est plus pudique. [comme énoncé dans une fatwa de shaykh Ibn Bâz (1/69)]

Comme pour les vêtements serrés, il est détestable de prier dans des vêtements transparents, laissant apparaître les formes et la 'awrah. Il n'est pas permis de prier dans des vêtements laissant apparaître [les parties du corps qui doivent être cachées] (...)

Fait partie de cas, le fait de prier en pyjama.

Al-Bukhârî rapporte d'après Abû Hurayrah qu'un homme vint interroger le prophète (salallahu' alayhi wasalam) à propos de la prière accomplie en ne portant qu'un seul vêtement. Le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) lui répondit : « Ne pouvez-vous pas tous trouver deux vêtements ? » (...)

'Abdullah ibn 'Umar vit Nâfi' prier chez lui dans un seul vêtement, il lui dit : « Ne t'ai-je pas donné deux vêtements ? – Si. – Te rendrais-tu au marché en ne portant qu'un seul vêtement ? – Non. – Alors Allah est plus en droit que tu t'embellisses pour Lui. (At-Tahâwî)

De même celui qui prie en pyjama serait gêné de se rendre ainsi au marché en raison de la finesse et de la transparence du vêtement.

Ibn 'Abd Al-Barr a dit dans At-Tamhîd (6/369) : « Les savants recommandent à celui qui est capable de se vêtir, de s'embellir pour sa prière autant que possible par ses vêtements, en mettant du parfum et en utilisant le siwak. »

(...) De même qu'il n'est pas permis de prier dans un vêtement couvrant la 'awrah mais étant transparent : (...) L'imam As-Shâfi'î a dit : « S'il prie dans un Qamîs transparent, sa prière ne sera pas valide. Et cela est encore plus grave pour la femme si elle prie [uniquement] avec une tunique [Dir'] et un voile [sur la tête et le cou, Khimâr]. La tunique montrera ses formes. Je préfère qu'elle ne prie qu'en portant un Jilbab recouvrant tout cela afin que la tunique ne montre pas ses formes. » (Al-Umm : 1/78)

La femme ne doit donc pas prier dans des vêtements transparents, car même en les portant, elle ne cesse pas pour autant d'être [considérée] comme étant dévoilée, même si ce vêtement couvre tout son corps et qu'il est ample. La preuve de ceci est la parole du Prophète (salallahu' alayhi wasalam) : « Apparaîtront à la fin des Temps dans ma communauté des femmes habillées mais nues... » (Muslim) Ibn 'Abd Al-Barr a dit : « Il visait en cela les femmes qui portent des vêtements légers qui dévoilent le corps et ne le cachent pas. Ainsi, on dit qu'elles sont habillées, mais en réalité elles sont nues. »

Prier en ayant sa 'awrah découverte

Plusieurs types de personnes tombent dans cette erreur :

Premièrement : celui qui porte un pantalon qui montre les formes et qui porte une chemise courte. Lorsqu'il se prosterne et s'incline, la chemise sort du pantalon et laisse apparaître le dos du prieur et une partie – voire la plus grande partie – de ses fesses. Ainsi apparaît sa 'awrah indécente, alors qu'il est incliné ou prosterné devant Allah, nous cherchons protection auprès d'Allah contre l'ignorance et les ignorants. Le dévoilement de la 'awrah à ce moment annule la prière, et la cause en est ce pantalon importé des pays de mécréance.

Deuxièmement : celle qui ne surveille pas sa tenue et ne fait pas attention à couvrir entièrement son corps lorsqu'elle est face à son Seigneur, par ignorance, fainéantise ou insouciance.

Les savants sont unanimes sur le fait que le vêtement minimal pour la femme dans l'accomplissement de la prière est une tunique [Dir', couvrant le corps] et un voile [Khimâr, couvrant la tête et le cou].

Certaines femmes entrent en prière alors que leurs cheveux ou une partie est découverte, ou leurs avant-bras ou leurs jambes. Dans ce cas, la majorité des savants est d'avis qu'elle doit recommencer sa prière dans son heure ou après. La preuve en est la parole du Prophète (salallahu' alayhi wasalam) rapportée par 'Âishah : « Allah n'accepte pas la prière d'une femme pubère sans voile. » (Ahmad) (...)

On a demandé à Umm Salamah : dans quel vêtement la femme doit-elle prier ? Elle dit : avec un voile [couvrant la tête, Khimâr] et une tunique [Dir'] descendant jusqu'à terre et couvrant le dessus de ses pieds. » (Mâlik)

Prier les épaules découvertes

Abû Hurayrah rapporte que le Messager d'Allah (salallahu' alayhi wasalam) a dit : « Qu'aucun d'entre vous ne prie dans un seul vêtement, sans porter quelque chose sur son épaule. » (Al-Bukhârî et Muslim) et dans une version « sur ses épaules » (Ahmad)

Ibn Qudâmah a dit : « Le prieur doit mettre une partie de ses vêtements sur son épaule, s'il le peut. C'est l'avis d'Ibn Al-Mundhir et également ce que l'on rapporte d'Abû Ja'far :
la prière de celui qui ne couvre pas ses épaules n'est pas valide. (...)

Source : extraits du premier chapitre de Al-Qawl Al-Mubîn fî Akhtâ Al-Musallîn

shaykh Mashhûr Hasan Âl-Salman


Question : beaucoup de femmes se rendent à la mosquée et prient sans chaussettes.

Réponse : Qu'elles aillent à la mosquée ou qu'elles restent chez elles en priant sans chaussettes, alors la prière n'est pas valide.

Q : Même à la maison ?

R : Même à la maison, alors que dire de la mosquée !

Q : Et si elles prient (sans chaussettes) mais en couvrant leur pieds ?

R : Tu me donnes un exemple, et là la prière est valide. (Dans le premier cas), les pieds étaient découverts, mais s'ils ont couverts par une tunique (robe) longue et ample (sans chaussettes), la prière est valable à la maison ou à la mosquée. Malheureusement on ne trouve plus ces vêtements longs chez les femmes.

Q : Les chaussettes (suffisent) pour cacher la 'awra ?

R : Elles cachent et en même temps elles ne cachent pas. Elles cachent la couleur de la peau, mais elles ne cachent pas la forme du membre. Et fait partie des conditions du vêtement pour les hommes et les femmes, qu'il ne soit pas transparent et ne soit pas moulant. Le vêtement est autorisé seulement s'il réunit ces deux conditions.

Q : Les chaussettes montrent la forme du corps, alors comment peut-on dire que la femme doit obligatoirement porter des chaussettes dans la prière ?

R : Je n'ai pas dit cela, je dis qu'elle doit couvrir ses pieds avec un voile (tunique) ample et large, et quant aux chaussettes elles cachent et ne cachent pas, ma parole est claire

Q : Porter des chaussettes est meilleur ?

R : Si le vêtement est long et ample et qu'il couvre les pieds, la prière est valable qu'elle porte ou non des chaussettes. Et le corps n'est vraiment caché que si on ne voit ni la forme du membre, ni la couleur de la peau. Les chaussettes, portées seules sans habit au-dessus, montrent la forme du corps mais cachent la couleur de la peau, et cela ne suffit pas, le vêtement doit obligatoirement cacher la forme du membre et la couleur de la peau.

Q : Concernant le fait que la prière ne soit pas valide (si on ne couvre pas les pieds), (la plupart des femmes ne le savent pas.

R : Celui qui n'a pas de science doit apprendre. Mais si elles l'apprennent et négligent cela par la suite, la prière n'est pas valide. ».

Shaikh Al-Albani précise à d'autres endroits qu'il n'est pas grave que la paume des pieds apparaisse lors de la prosternation.
 

Publié dans La Salat(La prière)

Commenter cet article