Les ruses de l'âme

Publié le par islam-ma -vie

 

Les ruses de l'âme

Parmi les défauts de l'âme, il y'a le fait que le serviteur obéit à Allah aza wa jalla, mais ne retrouve aucun plaisir dans son obéissance en raison de la duplicité qui se mêle à son obéissance et de son manque de sincérité à cet égard ou de la négligence d'un aspect de la sounnah. Le remède en la matière consiste à exiger de l'âme de faire preuve de sincérité, de s'attacher à la sounnah dans les actes, et d'améliorer les fondements des choses pour le serviteur pour que leur finalité lui soit assurée.

Parmi les autres défauts de l'âme, il y'a le fait que l'âme s'occupe des défauts d'autrui et s'aveugle devant ses propres défauts. Le remède en la matière consiste pour le serviteur à voir ses propres défauts, à en être conscient et à connaître les ruses et les machinations de son âme.
Pour y remédier, il doit multiplier les pérégrinations, les retraites, la fréquentation des pieux. S'il n'oeuvre pas pour soigner les défauts de son âme, qu'il garde au moins le silence à propos de ceux des gens en les excusant et en cachant les leurs dans l'espoir qu'Allah améliore de ce fait ses propres carences. Car le prophète a dit :
" Pour celui qui cache les nudités de son frère en islam, Dieu préserver ses propres nudités." Le prophète a dit également " A celui qui prospecte les nudités de son frère en islam, Dieu inspecte ses propres nudités et le met à nu même ai fond de sa maison". De même, j'ai entendu Muhammad Ibn Abdullah "J'ai entendu Yazdan al Muda3ini qui disait : " j'ai vu des gens qui avaient leurs défauts mais ils ont fermé les yeux sur les défauts d'autrui, et ils ont pu ainsi s'en débarrasser. Et j'ai vu des gens qui étaient sans défauts, comme ils se sont occupés des défauts d'autrui, ils ont acquis leur propres défauts."

Parmi ses autres défauts, il y'a le fait que l'âme ne s'habitue jamais à la vérité et que l'obéissance constitue le contraire de sa nature et de son tempérament. Dans la plupart des cas, ceci provient de l'attachement aux plaisirs.
Aussi, tant que le serviteur ne l'immole pas avec les couteaux des mortifications, il ne pourra pas vivre spirituellement. Allah, aza wa jalla a dit à un groupe d'israélites : "Revenez à votre Créateur,
et tuez votre âme charnelle."
(Sourate 2 verset 54) Le remède en la matière consiste à sortir complètement de l'âme pour aller vers son Seigneur. Voila pourquoi Allah, aza wa jalla, a ordonné à Son ami Ibrâhîm alayhi salam d'immoler son fils :" Après que tous deux se sont furent soumis, et qu'Abrahâm eut jeté son fils, le front à terre" (sourate 37 verset 103),
on lui dit "O Abraham ! Tu as cru en ce songe et tu l'as réalisé." (Sourate 37 versets 104-105)
Puis Allah, aza wa jalla a racheté son fils par un sacrifice solennel.
Al Junayd disait : "Dieu a interdit le paradis à celui qui garderait d'autres attaches en dehors de LUI. Donc le remède approprié consiste à quitter complètement l'âme pour aller vers son Seigneur." J'ai entendu Muhammad Ibn Abdullah al Râzî dire : j'ai entendu Abul Qâsîm al misrî qui répétait ceci à Bagdad : On l'a interrogé ; pour aller vers Allah, aza wa jalla, quel est le principe sur lequel on fonde sa quête? Il a répondu : Sur l'engagement de ne jamais revenir à ce qu'on a quitté et de préserver son âme contre la tentation de jeter un regard sur ce dont on s'est affranchi.
On lui a dit :" Ceci est le statut de celui qui s'est affranchi à partir de l'existence, quel serait le statut de celui qui s'est affranchi a partir du néant ? Il a répondu : Le fait de retrouver de la douceur dans ce qui est ultérieur à la récompense, et l'amertume ressentie dans ce qui est antérieur.

Parmi ses autres défauts, il y'a le fait qu'elle réclame une compensation pour ses oeuvres.
Le remède approprié consiste pour le serviteur à voir ses manquements dans son oeuvre, et le peu de sincérité qu'il montre, car l'homme sagace dans son oeuvre est celui qui se détourne de la recherche des compensations par convenance spirituelle, dans la mesure ou il sait pertinemment qu'Allah lui a alloué une part, que ce qu'Il lui a alloué lui parviendra dans ce bas monde, et dans la vie future, et que pour ce qui s'impose à lui, il ne peut s'en acquitter qu'au moyen de la sincérité.

Publié dans invocations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article