poéme exhortatif

Publié le par islam-ma -vie

 

Je dédie ce poème exhortatif -qu'Allah récompense son auteur de la plus belle des récompenses- dans un premier temps à moi-même puis à mes proches, et à vous, mes sœurs en Islâm.



Voici la preuve de l'amour que je te porte,
A toi celui qui m'aime et dont le cœur m'ouvre ses portes.
Depuis le jour de ta naissance, jusqu'à celui de ta mort, J'essais d'être en toi comme le sang est dans ton corps.
Je suis celui qui d'un doux mot a l'oreille
Fais chavirer ton cœur te promettant monts et merveilles ;
Te promettant tant de choses, mais en réalisant si peu...
Je ne peux pas faire plus, tout n'appartient qu'à Dieu.
Je t'espionne chaque jour, m'intéresse tant à toi,
Prête attention à tes failles et comble ton désarroi
Avec tout ce que je peux te donner de cette vie : L'argent, la beauté, la gloire, sois donc ravi !
J'élève tes qualités, te cache tes défauts,
Te complimentant sans cesse, je ravie ton ego.
Je t'aime, oui je t'aime, dans tous ce que tu fait,
Sois mauvais, arrogant, insouciant, imparfait,
Après tous, ne dit-on pas que personne n'est parfait...
Alors ne médite donc pas sur tous tes méfaits !
Alors ne te préoccupe donc pas de ton comportement !
Je t'aime comme tu es, n'est ce pas le plus important ?
Deviens mon servant, et acceptes-moi pour maître !
J'éveillerai les passions endormies de ton être.
Je ferai de toi un exemple pour les gens,
Pour tout ceux qui m'aime en public ou secrètement.
Je ferai tout pour qu'ils te jalousent et t'envient.
Qu'ils souhaitent être comme toi pour pouvoir vivre ta vie.
Tu es le but de la mienne, l'enjeux de mon existence,
Mais beaucoup essaieront de t'éloigner de moi,
De faire taire cet amour qui nous unis moi et toi...
Que seul la tombe nous éloigne pour un temps court,
Et que nous soyons, dans le feu, unis pour toujours !
Je pense qu'enfin tu m'as démasqué,
Allié pour un temps, ennemi à jamais,
Je suis celui qui promet, qui corrompt puis trahit,
Je suis, en vérité, cher Homme, Satan le maudit !

Qu'Allah nous préserve ainsi que nos proches de cet ennemi déclaré, shaytan, le lapidé.

Amine.

Publié dans Les poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article